L’innovation sociale en altitude

Récit d’une recherche-action participative au sein d’un territoire de moyenne montagne (France)

b-etonnementLe Pays des Sources est situé dans le Massif Central en Lozère. Il fait partie des territoires français les moins densément peuplés. Il est représentatif des problématiques rencontrées au sein des ruralités de moyenne montagne : enclavement géographique, mutations démographiques (entre déclin de l’hyper-rural et périurbanisation autour des petites et moyennes villes), retrait des services publics et des commerces, identités villageoises en reconstruction.

Lorsqu’il démarre sa démarche de revitalisation des centres-bourgs menée en 2014-2015, le territoire fait appel aux étudiants du master Innovation et Territoire de l’Institut de Géographie Alpine de Grenoble. Ces derniers investissent le terrain collectivement à travers des périodes de résidence d’une semaine au cours de l’hiver, suivis de deux stages individuels au printemps. Le pari retenu est celui d’expérimenter de nouvelles formes de production de l’action publique, selon la méthode du design des politiques publiques.

Les partenaires travaillent à faire émerger dans chaque village un ensemble d’outils communs, tels qu’une bibliothèque collaborative dans un ancien abribus. Des tiers-lieux, qui prennent par exemple la forme d’un bureau d’étonnement à Saint Etienne du Valdonnez, sont constitués afin de créer un espace de mise en discussion des problématiques villageoises. Ils deviennent des endroits de réflexion, mais aussi de production d’exposition, de panneaux d’affichage ou de matériels urbains. Pensés pour s’ancrer dans la durée, ces lieux communs sont ouverts une fois par semaine et gérés par les habitants eux-mêmes.

Les enseignements d’une démarche de recherche-action participative

Cette immersion « hors les murs », et même « hors la ville », des étudiant.e.s appelle à la découverte de la complexité de la ruralité lozérienne par l’immersion et l’investissement au sein du terrain d’étude. L’expérimentation et la souplesse des protocoles retenus permettent le droit au bricolage, autant organisationnel que matériel, en dépassant ainsi l’opposition entre savoir et savoir-faire. C’est aussi un temps pour appréhender, par la pratique, les enjeux de la méthode collaborative et son éthique de travail.

Lucas Durand

Avec la participation d’Agathe Martinod et Antonin Delabouglise de la promotion 2014 – 2015 du master ITER

Que la réflexion et l’échange d’idées se poursuivent ! Nous vous invitons à commenter ce texte et à le partager s’il vous a plu ou aidé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s