Campagne électorale fédérale

Élections en vue : « silence, on dépense ! »

Le 25 aout, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) s’est invité dans la campagne électorale fédérale. Il s’y invite d’une façon exemplaire, en dénonçant le grand vide des quatre principales formations politiques sur une question sociale à double visage qui se renouvèle constamment : la pauvreté et les inégalités sociales.

« Silence » sur la réalité de millions de personnes pauvres ou exclues. « Silence » sur les causes profondes qui sont au fondement des grandes inégalités sociales. En fait, les causes des maux trouvent peu de mots chez les aspirants et aspirantes au pouvoir. Aucun politicien ou politicienne n’ose en parler dans ses discours. Silence sur les moyens, les dispositifs et les mesures qui devraient être mises en place pour lutter efficacement contre la pauvreté et l’exclusion.

silence

Par contre, « ils et elles dépensent » à la fois leur énergie et des ressources importantes pour nous faire comprendre que la voie à suivre est celle du retour à une croissance économique qui baignerait dans un bon climat social. Le tout est présenté sous différentes vignettes : tantôt tinté de conservatisme, tantôt présenté dans un bel emballage à l’effigie de la classe moyenne, tantôt enchâssé dans une posture sociale-démocrate vieillissante, ou, quatrième option oblige, à l’aune de la solution souverainiste ou indépendantiste.

En s’invitant dans la campagne, le FRAPRU a brisé le silence d’un murmure qu’il importe de relayer haut et fort. Une brise anodine de révolte peut se transformer en ouragan lorsque les éléments s’y mettent. Et les éléments, c’est nous.

À nous de refuser des programmes voués à l’enrichissement des uns au détriment des autres. La grande richesse, me semble-t-il, consiste à bâtir politiquement un monde sans pauvreté !

Jean-Marc Fontan

Que la réflexion et l’échange d’idées se poursuivent ! Nous vous invitons à commenter ce texte et à le partager s’il vous a plu ou aidé.

Un commentaire sur “Campagne électorale fédérale

  1. Difficile de prendre la parole ou de proposer des projets lorsqu’on ne prévoit aucun espace accessible.

    Personnes en situation de handicap toutes catégories confondue = 33 %. Et sur ce 33 %, 15 % sont en situation de handicap permanent.

    Un retour sur les 7 principes « AU » ( Accessibilité Universelle) SONT LES BASES SUR LESQUELLES LA SOCIÉTÉ CIVILE, LES GROUPES COMMUNAUTAIRES, ASSOCIATIFS, LES INCUBATEURS UNIVERSITAIRES ET J’EN PASSE PEUVENT S’APPUYER SANS SE TROMPER.

    VOICI CES 7 PRINCIPES, RETENEZ LES, C’EST UN CRÉDO, UN MANIFESTE, UN REPÈRE ET VOUS POUVEZ FAIRE CIRCULER.

    Pour vous servir

    Marie-Lise Bergeron

    Les 7 grands principes de l’accessibilité universelle

    L’accessibilité universelle repose sur les principes suivants1 :

    1. Utilisation équitable

    Assurer un usage similaire pour tous (même endroit, même moment et même façon), y compris pour les personnes ayant une limitation fonctionnelle (auditive, intellectuelle, troubles envahissants du développement, troubles du langage ou de la parole, limitation motrice ou visuelle).

    2.Utilisation flexible

    Prévoir des aménagements et des espaces auxquels tout utilisateur peut accéder et dans lesquels il peut circuler, quels que soient sa taille, sa posture, son niveau de mobilité, sa façon de s’orienter, de se repérer ou de communiquer.

    3.Utilisation simple et intuitive

    Prévoir des aménagements et des espaces facilitant l’orientation ainsi qu’une signalisation simple à comprendre, quels que soient les capacités de l’usager, son expérience, ses connaissances, ses habiletés linguistiques, ses capacités cognitives ou son niveau de concentration.

    4.Utilisation diversifiée

    Prévoir des aménagements variés, répondant à des besoins différents, qui permettront de mieux satisfaire les utilisateurs et qui faciliteront l’adaptation à des besoins spécifiques, qui pourraient s’avérer nécessaires dans le futur.

    5.Utilisation sécuritaire

    Prévoir des matériaux antidérapants et non éblouissants, des équipements aisément perceptibles ainsi que des aménagements facilitant l’évacuation et favorisant la sécurité en cas d’urgence. (Les aménagements sont exempts d’éléments pouvant s’avérer dangereux pour les usagers, qu’ils aient ou non des limitations fonctionnelles.)

    6.Effort réduit

    Prévoir des aménagements pouvant être utilisés par tous les usagers, et ce, avec un minimum d’effort physique minimal, et qui sont facile à entretenir.

    7.Information adéquate

    Prévoir des aménagements et des équipements favorisant l’accès à l’information pour tous, notamment pour les personnes ayant une limitation visuelle, auditive ou intellectuelle. Les signaux sonores ou visuels doivent demeurer simples.

    Source : Société Logique. Adaptation libre de FOLLETTE STORY, Molly, « Maximizing Usability : Principles of Universal Design », in Assistive Technology : The Official Journal of RESNA, Vol. 10,

    no 1, Center for Universal Design, North Carolina State University, Raleigh, North Carolin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s