Le frigo en libre-service est arrivé

Une idée rafraichissante !

Depuis environ deux semaines, un frigo bien spécial a élu domicile dans le chalet du parc Montcalm situé dans le quartier Petite-Patrie à Montréal. « Le Fridge », un projet initié par deux citoyennes du quartier, se donne pour mission de combattre le gaspillage alimentaire tout en aidant des résidents du secteur confrontés à l’insécurité alimentaire.

Ce projet s’inspire d’initiatives lancées à Berlin il y a quelques années et qui ont rapidement gagné en popularité. Une vingtaine de réfrigérateurs en libre-service seraient présents dans la ville. La formule est simple : chacun est libre de venir déposer ou prendre de la nourriture. Des bénévoles s’assurent de faire le tri des aliments et de récupérer les denrées non vendues et non périmées dans des commerces avoisinants.

Frigo en libre-service
Un réfrigérateur en libre-service à Berlin.

Un tel projet a le mérite, d’une part, de permettre à des aliments encore de bonne qualité, mais qui iraient à la poubelle, de trouver preneurs et de réduire ainsi le gaspillage alimentaire, un problème particulièrement présent au Canada, mais également ailleurs dans le monde. D’autre part, cela accroît la sécurité alimentaire de personnes dans le besoin. Nous ne sommes pas ici dans la logique de la charité, mais plutôt dans celle du partage, de l’entraide et du respect de l’environnement.

À l’instar du Chic Resto Pop dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve qui offre des repas chauds à prix modique à toute la population, peu importe les revenus de chacun, le fait que tout le monde puisse venir s’approvisionner au frigo en libre-service permet d’éviter d’étiqueter les individus qui y accèdent par nécessité. En soi, cela est une bonne chose.

Toutefois, les bienfaits associés à ce type d’initiatives citoyennes ne devraient surtout pas nous autoriser à faire l’économie d’une réflexion plus large sur les causes des inégalités sociales et l’obligation qu’ont certains de recourir à des ressources d’appoint pour manger. Partager, oui, mais sans oublier en même temps de s’attaquer à la source des disparités socioéconomiques et d’accompagner les personnes qui vivent la pauvreté et l’exclusion sociale dans la mise en œuvre de projets leur permettant d’atteindre une autonomie alimentaire pleine et entière.

Richard Perron

Que la réflexion et l’échange d’idées se poursuivent ! Nous vous invitons à commenter ce texte et à le partager s’il vous a plu ou aidé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s