Un brassage positif…

Le défi : croiser positivement les savoirs

La connaissance et l’action sont le résultat d’une interaction forte entre différents types de savoirs. Qu’ils soient scientifiques, professionnels ou expérientiels, les savoirs ont avantage à être bien combinés les uns aux autres. Le grand défi est certes celui de créer des espaces communs où cette rencontre puisse se faire harmonieusement. Ce défi est d’autant plus grand dans le contexte actuel où nous observons tant un essoufflement qu’une dérive de la vie démocratique.

L’enjeu repose sur le développement d’actions fondées sur une intelligence collective…

Croisement_des_savoirs
Le croisement des savoirs et des pratiques

Entendre et reconnaître l’importance de la parole de personnes pauvres et exclues est indispensable tant pour élaborer une intelligence collective que d’initier des actions éclairées. Cet enjeu, avouons-le, est plus facilement exprimé qu’il n’est réalisé. Pourquoi, parce que collectivement nous investissons peu dans le développement de processus respectueux de l’apport du savoir expérientiel en général et plus précisément à celui des personnes pauvres et exclues. Sur ce point, il nous faut innover.

Pourquoi est-ce si important ?

L’histoire nous montre bien comment la créativité humaine a permis le passage d’un type de société à un autre. À preuve, les Européens ont su passer de la féodalité à la modernité. L’ont-ils fait en développant une intelligence collective ? Oui, mais d’une collectivité limitée à une élite peu nombreuse doublée d’un corps de mandarins à sa solde. En aucune façon n’ont-ils pris en considération les savoirs portés par les pauvres et les exclus. En aucune façon n’ont-ils intégré respectueusement les savoirs détenus par les populations africaines et américaines assujetties à leur démarche colonisatrice.

Miser sur le croisement… Oui, à une condition

Afin d’initier les changements requis pour affronter les grands maux de la modernité, les savoirs doivent cesser de se cantonner dans leurs milieux respectifs, voire de se superposer hiérarchiquement. Leur croisement est une « conditio sine qua non » pour que le changement envisagé puisse avoir la qualité requise pour briser le cercle vicieux des inégalités sociales, de l’exploitation éhontée de l’environnement et du mépris des différences culturelles.

Réjean Mathieu

Que la réflexion et l’échange d’idées se poursuivent ! Nous vous invitons à commenter ce texte et à le partager s’il vous a plu ou aidé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s