La dimension politique du vivre ensemble

Une citoyenneté au ras de la vie quotidienne

Ni la citoyenneté ni la démocratie ne se laissent enfermer dans l’espace de la politique institutionnelle : elles engagent un mode de vie et non seulement un système de gouvernement, elles impliquent un ensemble de mœurs. (Bidet et al, 2015, p. 6)

« Une citoyenneté au ras de la vie quotidienne », tel est l’objet d’étude que se sont donnés les membres d’une équipe de recherche française afin d’analyser la dimension politique du vivre ensemble. Au-delà d’une sociopolitique qui limite la citoyenneté à des actions canoniques fortes, telles voter, débattre, s’informer ou s’impliquer, l’équipe dirigée par Alexandra Bidet propose, dans un article éclairant* d’un dossier sur le pragmatisme de la revue SociologieS, une lecture toute en nuances du politique au quotidien. Les chercheurEs l’ont fait en observant des situations de sollicitation, dont celles initiées par des personnes sans abri. Ils ont réalisé l’enquête en permettant aux personnes interviewées d’interpréter leur expérience. Ainsi fut mis en lumière le sens qu’elles donnent au don d’une pièce, à l’offre d’un café, au geste de réconfort apporté où encore à l’offre d’une nuitée à l’abri des intempéries…

Manif_Auberges_du_coeur
http://www.aubergesducoeur.org/frontpage?page=17

S’inscrivant dans une posture pragmatique, l’apport des auteurEs éclaire en nous une zone d’inconfort, celle du jugement de déni que nous portons facilement aux petits gestes de compassion. Ces gestes, bien qu’anodins, recèlent une dimension politique du rapport à autrui et à la société. Ces petits gestes meublent la trame de fond de la vie publique. Ils rivalisent avec la grande indignation associée aux mouvements sociaux, aux grandes actions menées par des organisations politiques ou encore aux élans de dénonciation de porte-paroles charismatiques de la scène publique institutionnelle. Ces comportements du microsocial, de la mobilisation et de la participation fantômes, sont l’expression active du sujet qui sommeille en nous. Un sujet aux accents individuels et collectifs qui, en s’exprimant, renonce à la passivité.

Jean-Marc Fontan

* Alexandra Bidet, Manuel Boutet, Frédérique Chave, Carole Gayet-Viaud et Erwan Le Méner, « Publicité, sollicitation, intervention », SociologieS, Dossiers, Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations, mis en ligne le 23 février 2015. URL : http://sociologies.revues.org/4941

Que la réflexion et l’échange d’idées se poursuivent ! Nous vous invitons à commenter ce texte et à le partager s’il vous a plu ou aidé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s