Marinaleda…

Marinaleda… Là où le capitalisme s’est fait poser un lapin !

« La crise ? Le système capitaliste a toujours été un échec, la crise ne date pas d’aujourd’hui. L’avantage de la crise : le mythe du marché est tombé (…) Les réalités sont toujours les mêmes : quelque 2% détiennent 50% de la terre (…). Ceux qui veulent réformer le capitalisme veulent tout changer pMARINALEDA-f5785our que rien ne change ! Dans le capitalisme, on a des syndicats de régime et non pas des syndicats de classe, il y a beaucoup d’instruments d’aliénation, pas de liberté d’expression, seulement la liberté d’acquisition (…) A Marinaleda, nous serons les premiers quand il s’agit de lutter et les derniers à l’heure des bénéfices. »

(http://www.legrandsoir.info/Marinaleda-un-modele-d-auto-gestion-unique-en-Europe.html)

Village andalou situé au sud-est de Séville. Une population de 2600 personnes. Une entreprise coopérative agricole. Une production qui permet de bien vivre où le chômage a migré dans les villages voisins : exclusion oblige. Les salaires sont un salaire – le même pour tous. Les maisons sont autoconstruites et appartiennent à la communauté.

« Ce modèle est transposable dans d’autres villes sans aucune restriction. Il ne s’agit que de volonté collective, de conscience citoyenne et de volonté commune. Il faut sortir de l’individualisme et du chacun pour soi. A Marinaleda le salaire des travailleurs, quel que soit le poste qu’ils occupent, est de 47 euros par jour soit 1128 euros par mois ! Mais le loyer des maisons est de 15 euros par mois, la crèche de 12 euros par mois, cantine comprise, et l’abonnement à la piscine de 3 euros à l’année! Il n’y a pas besoin de policiers, car tout est construit par et pour les gens du village et il n’y a aucune raison de dégrader ce qui a été construit par tous avec des budgets approuvés par l’ensemble des citoyens. »

(http://2ccr.unblog.fr/2012/05/14/marinaleda-village-autogestionnaire/)

Pas nécessairement facile de dire oui à l’utopie. Les MarineldoisES montrent qu’il est possible de le faire. Certes à petite échelle, dans et par une forme de simplicité volontaire où le non aux bénéfices pour les bénéfices est un incontournable. Un petit coin d’utopie à visiter…

Pour en savoir plus : Duffour

Jean-Marc Fontan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s