Quand l’université devient populaire !

La construction du savoir émancipatoire

Sommet oblige, l’Université québécoise est en débat ! Mais un débat piégé par l’austérité économique où l’enjeu managerial de bonne gestion et de saines finances occulte une question de fond absente : une université pourquoi et pour qui ? De façon surprenante, peu de choses sont dites sur le rôle et la fonction de l’Université et de la Science dans un monde qui devient de plus en plus certain : tout ce qui ne  contribue pas à l’effort de guerre que représente la course effrénée à l’enrichissement n’a pas sa place dans la société. Or, une autre raison d’être pour l’université et la science est possible. Une avenue fondamentalement réformatrice et très certainement révolutionnaire est à notre portée. Faire de l’Université et de la Science des outils de lutte contre les grands maux de la société. C’est cette voie émancipatrice qui est explorée par Geneviève Defraigne-Tardieu dans sa thèse de doctorat nouvellement publiée aux Presses universitaires de France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s